logoGAP
Cahiers de sociologie politique de Nanterre
Scalpel

Où en est l’analyse sociologique en science politique ?

Auteur

Journées d’Études du Groupe d’Analyse Politique

Où en est l’analyse sociologique en science politique ?

Méthodes et objets

26 et 27 mai 2004, Université Paris X - Nanterre

Sous le parrainage de l’École doctorale de l’Université Paris X - Nanterre

et avec le soutien de l’Institut Universitaire de France

Appel à contributions

La pratique sociologique a constitué un axe de renouvellement décisif de la science politique depuis une trentaine d’années. Avec l’introduction ou la réintroduction, à des époques différentes, des principes d’analyse sociologique inspirés des oeuvres d’Émile Durkheim, de Max Weber, de Norbert Elias ou de Pierre Bourdieu, que ces principes d’analyse aient été appliqués à des configurations politiques passées ou contemporaines, à des univers sociaux microscopiques ou macroscopiques, que les méthodes inspirées de ces principes aient été quantitatives ou qualitatives, que les objets ainsi analysés aient été les entreprises ou les représentations, les institutions ou les crises politiques, l’exercice de la sociologie a profondément renouvelé la science politique. En cherchant à comprendre l’autonomie relative des activités politiques dans l’interdépendance structurale des univers sociaux, en cherchant à rendre compte du présent de ces activités à travers des processus sociaux de moyen et de long termes, ce type d’analyse aura aussi permis d’engager des rapprochements interdisciplinaires féconds.

Les journées d’études proposées voudraient tracer les contours contemporains des apports et des perspectives de l’analyse sociologique en science politique, s’interroger sur les méthodes et les objets qui contribuent aujourd’hui à incarner les principes introduits ces dernières années, et finalement questionner le label « sociologie » dans le contexte de ce qui semble être une interrogation inquiète de la science politique sur elle-même. L’analyse sociologique a-t-elle encore une pertinence en science politique ? Doit-elle être abandonnée ou combinée avec une approche anthropologique ou ethnologique plus proche du quotidien des acteurs politiques ? Doit-on au contraire s’orienter vers des disciplines comme l’économie politique pour saisir les phénomènes macro-politiques ? Quels sont ses rapports à l’histoire ?

Les propositions de communication d’une page, accompagnées d’un curriculum vitae, devront être adressées par e-mail avant le 15 février 2004, à chacun des membres du comité d’organisation : Olivier Benoit (Université Paris X), Antonin Cohen (London School of Economics), Christophe Le Digol (Université Paris X), Philippe Riutort (Université Paris X), Christophe Voilliot (Université Paris X) aux adresses suivantes : olibenoit@hotmail.com, A.Cohen@lse.ac.uk, c-ledigol@club-internet.fr, priutort@noos.fr, voilliot@aol.com.

Les textes retenus pour ces Journées d’études feront l’objet d’une publication collective. Ces journées se tiendront les mercredi et jeudi 26 et 27 mai 2004 dans les locaux de l’Université Paris X à Nanterre. Le Groupe d’Analyse Politique prendra en charge les déplacements et l’hébergement des intervenants en fonction de ses possibilités et de celle de l’École doctorale, ainsi que les déjeuners du mercredi et du jeudi.

Principales lignes de réflexion proposées pour les Journées d’Études

Les contributions à ces Journées d’études devront permettre une présentation de travaux de recherche en cours ou récemment achevés et chacune de ces contributions pourra ainsi faire valoir, dans l’exposé de l’objet de la recherche et des méthodes qui ont présidé à son élaboration, les usages de la sociologie qui ont été privilégiés ou, au contraire, les raisons qui ont conduit à son rejet. Les organisateurs souhaitent en particulier offrir un lieu d’échange intellectuel libre entre “jeunes” chercheurs et chercheurs confirmés. Le papier définitif sur lequel s’appuiera l’intervention devra être envoyé au plus tard le 3 mai 2004 et l’ensemble des papiers sera mis à la disposition des intervenants à travers le site Internet du GAP.

L’analyse sociologique a-t-elle encore une actualité dans l’étude des institutions politiques ?

L’État comme objet d’une analyse sociologique inspirée des directions de recherche de Max Weber a-t-il encore une place en science politique ? L’analyse des institutions politiques peut-elle être séparée d’une analyse sociologique des conditions de leur genèse et de leurs usages ? La perspective d’analyse sociale du droit a-t-elle tenu ses promesses ou a-t-elle épuisé ses effets ? Qu’aura apporté le néo-institutionnalisme à l’analyse sociologique des institutions politiques ? Peut-on observer les institutions politiques en dehors d’une analyse sociale des acteurs politiques qui en forment la population ? L’histoire des institutions politiques a-t-elle un sens en dehors de l’analyse sociologique des mobilisations politiques et des crises politiques ? Quelle distance analytique adopter pour un point de vue sociologique sur les formes institutionnelles ultra-contemporaines ?

Cette table ronde voudrait revenir sur un champ de recherches particulièrement fécond en science politique ces dernières années et proposer une image des directions de recherches actuelles, notamment (mais pas seulement) à partir des différents aspects de la construction sociale des assemblées parlementaires.

L’analyse sociologique peut-elle contribuer à l’histoire des idées et des idéologies politiques ?

Libéralisme, communisme, socialisme, fascisme, corporatisme, gaullisme, fédéralisme, néo-libéralisme... L’analyse sociologique des idées politiques et de leurs fonctions sociales, telle qu’elle a notamment été héritée de Karl Mannheim, peut-elle aujourd’hui être prolongée ou doit-elle être abandonnée ? Peut-on faire l’histoire des idées politiques sans une analyse des réseaux sociaux qui en sont les vecteurs ? Existe-t-il une pensée politique autonome des luttes sociales internes et intrinsèques au monde intellectuel ? Les idées politiques peuvent-elle être réduites à leurs usages sociaux ? En quoi les mobilisations collectives participent-elles de la genèse individuelle des idées politiques ? Doit-on s’attacher à étudier les idées qui semblent gouverner le monde ou les représentations du monde qui les sous-tendent ? L’abstraction et l’individualisation rétrospectives, la projection hors contexte des grandes oeuvres et des grandes figures de la pensée politique peuvent-elles faire l’objet d’une analyse sociale ?

Cette table ronde voudrait plus particulièrement s’interroger sur les relations entre différents types de phénomènes symboliques, idées, idéologies, représentations, et leur circulation dans l’espace politique, y compris international, en s’interrogeant sur les méthodes sociologiques propres à une compréhension de ces phénomènes dans le cours de l’action collective.

L’analyse sociologique est-elle en mesure d’appréhender les entreprises et les configurations politiques internationales ?

La dimension des configurations politiques internationales et des dynamiques sociales dites “globales” désormais à l’oeuvre dans les restructurations de l’activité politique, l’allongement des chaînes d’interdépendances sociales dont parlait Norbert Élias, imposent-ils de renoncer à toute analyse sociologique ? Y a-t-il une spécificité des activités politiques transnationales irréductible à l’analyse sociologique ? Peut-on comprendre les produits internationaux des activités politiques locales et nationales indépendamment d’une histoire sociale des réseaux et des groupes sociaux qui la structurent ? L’analyse sociologique a-t-elle un point de vue à offrir sur l’Europe comme configuration politique ? Comment transposer les méthodes de l’analyse sociologique à l’étude de la construction européenne ?

Cette table ronde portera notamment sur les méthodes d’analyse sociologique pertinentes dans l’étude de configurations politiques internationales ou transnationales, et en particulier à propos des entreprises politiques que l’on recouvre sous le terme de construction européenne.

L’analyse sociologique peut-elle encore contribuer au renouvellement de l’étude des médias dans leurs rapports à la politique ?

Quelles sont les perspectives d’analyse sociologique sur le rôle des médias dans les transformations contemporaines des conditions d’exercice du métier politique ? Les savoir-faire issus de la « communication » et du « marketing » ont-ils des effets durables sur le jeu politique ? La télévision peut-elle être comprise comme un groupe social ? Quels rapports entre transformations morphologiques du journalisme et changement dans les représentations de la politique ?

Cette table ronde se propose de contribuer à l’examen des caractéristiques, trajectoires et systèmes de représentation des professionnels de la communication (journalistes politiques, intellectuels de médias, sondeurs, conseillers en communication...), à l’analyse des relations qui les unissent aux professionnels de la politique et à leur contribution spécifique au fonctionnement du jeu politique.






GAP


-

2èmes assises de la science politique



-

Déclaration de politique scientifique



-

Où en est l’analyse sociologique en science politique ?




Activités du Gap
Dans ce numéro
Groupe d’analyse politique



Lire la suite > > >

Savoirs et idéologies en politique, 2011-2012

Savoirs et idéologies en politique Genèse, circulation, transmission Séminaire du Groupe d’Analyse Politique Un Mercredi par Mois, de 14h30 à 16h30 Bâtiment F — Salle des Actes (141) Calendrier des Séances 16 novembre 2011 : « Comment peut-on être économiste (au XVIIIe siècle) ? Contribution à une généalogie de la croyance économique », par Arnault SKORNICKI (GAP, Paris Ouest Nanterre) 14 décembre 2011 : « Comment peut-on être européaniste (en Corée du Sud) ? Genèse (...)

Lire la suite > > >

Séminaire Savoirs et idéologies en politique 2010-2011

Savoirs et idéologies en politique Genèse, circulation, transmission Séminaire du Groupe d’Analyse Politique Paris Ouest Nanterre Responsables : Arnault SKORNICKI & Laurent BONELLI Calendrier des Séances 2010-2011 Le Mercredi,14h-16h — Bâtiment F – Salle des Actes (141) 17 novembre 2010 : « La mesure de l’assimilation pour la naturalisation. Technique administrative et savoir scientifique », par Abdellali Hajjat (Maître de conférence en science politique, (...)

Lire la suite > > >




- Colloque "Argent et politique"

- Conférence de l’école doctorale : 19 mars 2008

- Exposés, conférences et séminaires. Février - juin 2007

- Exposés, conférences et séminaires. Octobre - décembre 2006

- GAP : réunion de rentrée

- GAP : réunion de rentrée

- GAP : réunion de rentrée

- GAP : Réunion de rentrée

- Gap : séance du 12 juin 2007

- GAP : séance du 14 novembre 2007

- GAP : séance du 1er juin 2009

- GAP : séance du 30 janvier 2008

- GAP : séance du 31 mai 2006

- GAP : séance du mercredi 22 février 2006

- GAP : séminaire du 16 avril 2008

- GAP : séminaire du 20 février 2008

- GAP : séminaire du 23 janvier 2008

- GAP : séminaire du 4 juin 2008

- GAP DRIS : La sécurité des activités d’importance vitale en France

- GAP, séance du 14 mars 2007

- GAP, séance du 25 avril 2007

- Gap : Conseil de laboratoire

- Gauche-droite : usages et enjeux d’un clivage canonique

Laurent Bonelli

- Groupe d’analyse politique

- Le Gap au congrès de la Society for French Historical Studies

GAP

- Où en est l’analyse sociologique en science politique ?

- Prochaine séance : 27 octobre 2004

- QU’EST-CE QUE L’ANALYSE SOCIOLOGIQUE DE LA POLITIQUE ?

- Recherches et controverses actuelles en science politique. Premier semestre 2004-2005

- Rentrée du GAP 2004

- Réunion de rentrée du GAP 19 octobre 2005

- Réunion le 11 janvier 2006

Laurent Bonelli

- Savoirs et idéologies en politique, 2011-2012

- Séance de rentrée : 4 octobre 2006

- Séance du 25 mai 2005

- Séance du 30 novembre 2005

- Séminaire : La construction sociale de l’opération électorale

- Séminaire de recherche : L’élection au village : quoi de neuf ?

- Séminaire de recherche : la construction sociale de l’opération électorale

- Séminaire de recherche : savoirs et idéologies en politique

- Séminaire général : 13 novembre 2007

- Séminaire général : décembre 2005- février 2006

- Séminaire Savoirs et idéologies en politique 2010-2011

- Séminaires du GAP, novembre et décembre 2004

- Séminaires généraux du M2R



Scalpel Actualités Accueil

Groupe d'Analyse Politique

Université Paris X Nanterre
Bâtiment F - Bureau 509
200 avenue de la République
92000 Nanterre
Tél/Fax 01 40 97 77 05

Mail : webmaster AT gap-nanterre DOT org