logoGAP
Cahiers de sociologie politique de Nanterre
Scalpel

La France a peur. Une histoire sociale de l’"insécurité"

Auteur

La France a peur. Une histoire sociale de l’« insécurité »
Laurent Bonelli

La Découverte
Collection : Cahiers libres
Thème : Sciences politiques
Parution : février 2008 ISBN : 978-2-7071-5084-4
Nb de pages : 420 Dimensions : 155 x 240 mm
Prix : 25 €

Présentation : A l’heure où la sécurité est érigée en « première des libertés », l’époque où la violence et la délinquance étaient considérées comme le résultat de « ratés » de la socialisation et de comportements dont on ne doutait pas que le développement économique et social du pays finirait par les discipliner, semble lointaine et révolue. En moins d’une trentaine d’années, les idéaux de rééducation (des mineurs notamment), de réhabilitation et de réinsertion des délinquants qui prévalaient ont laissé place, dans l’ensemble des partis gouvernementaux, de droite comme de gauche, à des discours punitifs. Entre le milieu des années 1970 et le début des années 2000 « l’insécurité » se formule comme enjeu politique de première importance et devient le prisme au travers duquel un nombre croissant d’élites politiques, mais aussi médiatiques, administratives, voire académiques pensent les comportements d’une fraction des jeunesses populaires, comme plus largement la vie quotidienne des banlieues ouvrières en déclin.
C’est ce « ça va de soi » (ou cette doxa) sécuritaire qui est questionné dans cet ouvrage. Non pas que la violence ou la délinquance soient dépourvues de réalité ou qu’il ne soit pas légitime de s’en préoccuper, mais parce que la reformulation en ces termes de ce qui pouvait relever à d’autres périodes de la question sociale, ne va justement pas de soi.
Sous l’effet des dynamiques propres aux champs politique, médiatique et académique, les indisciplines de ceux que l’on représente le plus souvent sous les traits du « jeune d’origine étrangère, sans emploi, en échec scolaire et/ou délinquant », sont désencastrées des contextes locaux dans lesquels elles s’inscrivaient, pour devenir des catégories générales d’appréhension
L’analyse des conditions de possibilité et d’émergence de cette doxa, des éléments qui la constituent et de la circulation entre des univers aux intérêts et aux logiques spécifiques dans et par laquelle elle se fabrique est nécessaire pour éclairer les dynamiques actuelles. Ceci est d’autant plus important qu’il ne s’agit pas seulement d’une idéologie : sur ce terrain, les discours se sont transformés en mécanismes agissants. Ils ont des effets pratiques, tant sur ceux qui ont à subir cette nouvelle configuration disciplinaire que sur ceux qui sont les agents, directs ou indirects de sa mise en œuvre. Alors que la France connaît des taux d’incarcération historiques, qu’une fraction non négligeable des jeunesses populaires s’enracine dans une forme d’économie de subsistance et que nombre de professionnels de l’encadrement (éducateurs, travailleurs sociaux, animateurs, « médiateurs », etc.) mais aussi de policiers ou de magistrats, semblent découragés par l’ampleur de la tâche qu’on leur assigne, il apparaît urgent de réfléchir politiquement sur les processus à l’œuvre et leurs contradictions.

Sommaire
Introduction

I / Les transformations des quartiers et des milieux « populaires » dans la France des années 1980
1. Les « grands ensembles » et leur histoire
La construction des « grands ensembles »
Proximité spatiale, distance sociale ?
2. Disciplines et indisciplines des jeunesses populaires
La « généralisation » scolaire et ses effets
Les évolutions du travail non qualifié
Ces « jeunes dont on parle »

II / Une généalogie des discours politiques de sécurité
3. Des Minguettes à Vaulx-en-Velin : vers une approche globale de la question urbaine ?
La (re)découverte des désordres urbains
Un réseau de « modernisateurs » de l’État
4. De la question urbaine à la lutte contre « l’insécurité »
Le discrédit symbolique des politiques de la Ville
Aggiornamento idéologique au parti socialiste

III / Comment « l’insécurité » est-elle devenue un objet et un enjeu du débat politique ?
5. De la gestion locale de la sécurité à la gestion de la sécurité locale
Des usages locaux de la sécurité
Codification et standardisation des pratiques locales
Les « consultants » en sécurité urbaine
6. La sécurité comme investissement politique
L’abstention et la montée du vote Front national
Le « nouveau jeu politique »
La sécurité comme bien politique

IV / La reformulation médiatique de la sécurité
7. « L’insécurité » télévisée
Que sont les magazines télévisés consacrés à « l’insécurité » ?
Qui sont les invités sur les plateaux de télévision ?
Les reportages
8. Un cas d’école : « Vous avez demandé la police »
Présentation
La sélection des invités
Hiérarchisation, problématisation et consécration

V / Production, avènement et usages d’une science de l’État
9. Police et délinquance, des recherches sous contrainte
Un espace savant faiblement autonome
Lieux « neutres » et lieux communs. L’Institut des hautes études sur la sécurité intérieure
10. L’élaboration et la diffusion d’une doctrine : les CLS
La construction d’une doctrine
Techniques et instruments de diffusion d’une doctrine
Des savoirs « intermédiaires » et neutralisés

VI / Qu’est-ce qu’une « politique locale de sécurité » ?
11. Une confluence de perspectives et de préoccupations hétérogènes
Des « quartiers sensibles » à géométrie variable
La lutte contre la « violence » et les « incivilités »
12. Quand la sécurité redéfinit les équilibres locaux
Des CLS traversés par des réformes d’institution
Enrôlement et invention au niveau local

VII / Réorganisation et revalorisation du travail policier
13. L’autonomie policière à l’épreuve des réformes
Réformes de la police et « modernisation » du service public
Les contradictions de la « reconquête policière » des quartiers
14. Les Renseignements généraux à la découverte des quartiers : histoire et implications d’une conversion
Police « politique » et police de la politique
Les RG et les « violences urbaines »
Luttes policières et revalorisation institutionnelle

Épilogue
Remerciements






Laurent Bonelli


-

Un ennemi anonyme et sans visage



-

La France a peur. Une histoire sociale de l’"insécurité"



-

L’Etat démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse



-

Savoirs et idéologies en politique, 2011-2012



-

Evolutions et régulations des illégalismes populaires en France depuis le début des années 1980



-

Groupe d’analyse politique



-

Bonelli Laurent




Activités du Gap
Dans ce numéro
Groupe d’analyse politique



Lire la suite > > >

Savoirs et idéologies en politique, 2011-2012

Savoirs et idéologies en politique Genèse, circulation, transmission Séminaire du Groupe d’Analyse Politique Un Mercredi par Mois, de 14h30 à 16h30 Bâtiment F — Salle des Actes (141) Calendrier des Séances 16 novembre 2011 : « Comment peut-on être économiste (au XVIIIe siècle) ? Contribution à une généalogie de la croyance économique », par Arnault SKORNICKI (GAP, Paris Ouest Nanterre) 14 décembre 2011 : « Comment peut-on être européaniste (en Corée du Sud) ? Genèse (...)

Lire la suite > > >

Séminaire Savoirs et idéologies en politique 2010-2011

Savoirs et idéologies en politique Genèse, circulation, transmission Séminaire du Groupe d’Analyse Politique Paris Ouest Nanterre Responsables : Arnault SKORNICKI & Laurent BONELLI Calendrier des Séances 2010-2011 Le Mercredi,14h-16h — Bâtiment F – Salle des Actes (141) 17 novembre 2010 : « La mesure de l’assimilation pour la naturalisation. Technique administrative et savoir scientifique », par Abdellali Hajjat (Maître de conférence en science politique, (...)

Lire la suite > > >




Erwan Poiraud

- Amour, Gloire et Crampons. Pour une sociologie du foot

Christophe Voilliot

- Eléments de science politique

Nathalie Bayon

- Eugène Spuller 1835-1896. Itinéraire d’un républicain entre Gambetta et le Ralliement

Laurent Bonelli

Willy Pelletier

- L’Etat démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse

Antoine Schwartz

- L’Europe sociale n’aura pas lieu

Alain Garrigou

- L’ivresse des sondages

Bernard Lacroix

- L’utopie communautaire (réédition)

Christophe Voilliot

- La candidature officielle. Une pratique d’État de la Restauration à la Troisième République

Willy Pelletier

Claire Le Strat

- La canonisation libérale de Tocqueville

Laurent Bonelli

- La France a peur. Une histoire sociale de l’"insécurité"

Guillaume Courty

- Le travail de collaboration avec les élus

Bernard Lacroix

Antonin Cohen

Philippe Riutort

- Les formes de l’activité politique. Eléments d’analyse sociologique, du XVIIIe siècle à nos jours

- Les intellectuels de médias en France

- Les ravages de la « modernisation » universitaire

Bernard Lacroix

Antonin Cohen

Philippe Riutort

- Nouveau manuel de science politique

Philippe Riutort

- Sociologie de la communication politique

Philippe Riutort

Antoine Schwartz

- Vulgarisateurs, essayistes, animateurs.



Scalpel Actualités Accueil

Groupe d'Analyse Politique

Université Paris X Nanterre
Bâtiment F - Bureau 509
200 avenue de la République
92000 Nanterre
Tél/Fax 01 40 97 77 05

Mail : webmaster AT gap-nanterre DOT org