logoGAP
Cahiers de sociologie politique de Nanterre
Scalpel

La politique au scalpel. Une nouvelle collection chez Syllepse

Auteur


La politique au scalpel
Responsable(s) : Bernard Lacroix

La politique, comme organisation collective et travail d’organisation collectif, mais aussi comme définition d’un avenir partagé acceptable, a beaucoup changé en l’espace d’une quarantaine d’années. Au contraire de ce que donnent à croire toutes les images enchantées de son fonctionnement démocratique. Son espace de jeu est devenu plus hétéronome sous l’effet d’interdépendances qui bousculent les nationalismes. L’instrument historique majeur de son action et de la légitimité de son action, l’État, est quotidiennement mis en question par des enjeux particuliers qui se déguisent en causes universelles. Son inspiration est assujettie désormais au pragmatisme à courte vue d’un économisme sans frontière qui se croit la figure suprême de la raison. Ceci sans même évoquer le caractère aliénant des images médiatiques de la politique : la confusion de la représentation politique avec les petits affrontements des grands professionnels laisse libre court au dégoût public, qui fait le lit de toutes les formes de démagogie. La politique laisse ainsi beaucoup de citoyens, certes très différents selon les perspectives qu’ils se sentent en droit d’en attendre, démunis, désarmés et désemparés.

Parallèlement, jamais les sciences sociales n’ont été un instrument aussi puissant de critique des préjugés, et de civilisation des entraînements aveugles liées aux passions du jour. Jamais dans le passé, elles n’ont été capables d’aligner autant de résultats et jamais elles n’ont été aussi vigilantes dans l’emploi de leurs outils. Il n’est paradoxal qu’en apparence qu’en développant une force collective et réflexive, elles rencontrent l’opposition de toutes les autorités dont elles minent le crédit, qui conjuguent aujourd’hui leurs pouvoirs pour les mettre en question et en accusation. C’est pourquoi, il n’est pas d’impératif plus urgent que de les faire sortir du laboratoire, de mettre leur point de vue à la disposition du plus grand nombre, enfin de travailler à abattre les frontières et à réduire les distances qui les éloignent de tous ceux qui s’engagent au service des causes publiques, civiques et politiques.

Cette collection, La politique au scalpel, comme son nom est destinée à le suggérer, sera un instrument d’analyse politique de la politique (et des transformations insensibles de celle-ci) informé par les sciences sociales. Elle s’efforcera d’expliciter les raisons, les ressorts, et la rhétorique de la nouvelle doxa politique. Elle fera toute sa place à l’examen des conditions de possibilité de la modernisation conservatrice en cours, de ses conséquences et de ses effets. Elle montrera comment la politique devenue simple confrontation d’opinions autorisées tend à souscrire aux évolutions les plus probables, pour les accompagner. Elle prendra également pour objet toutes les perspectives et toutes les dynamiques qui, du point de vue des étrangers au jeu politique organisé, tendent à enfermer ceux-ci dans leur isolement, en même temps qu’à multiplier les difficultés de leur existence. Ceci sans oublier de mettre en question toutes les formes de conversion inhérentes à l’exercice de l’activité politique, qui sous couvert d’aplanir les voies du futur empêchent d’imaginer et de mettre en œuvre des formes de résistance efficace. Cette collection contribuera ainsi à réarmer la critique démocratique et militante du fonctionnement de la démocratie.

Vient de paraître

La canonisation libérale de Tocqueville
Auteurs : Le Strat Claire, Pelletier Willy

Présentation

Le « retour » de Tocqueville est souvent salué comme l’expression du renouveau du débat démocratique en France. Pris comme équivalent fonctionnel de Marx, Tocqueville a été fait monument, prophète libéral de la modernité. Il n’est pas question dans ce livre d’apprécier le libéralisme de Tocqueville, ni ses qualités de sociologue ou d’historien. Il s’agit de décrire les opérations dont procède son succès public. En l’occurrence, de restituer comment son image consacrée fut importée des États-Unis et plusieurs fois re-produite plutôt que reproduite, puis diffusée et imposée. Au point que la définition libérale de Tocqueville, forte de toute la force sociale de ceux qui l’ont arrêtée, fait à présent consensus. Analyser comment ce consensus a été fabriqué, et Tocqueville ainsi canonisé, interroge en retour tous les discours qui s’autorisent de son nom. Mais, plus encore, l’enquête éclaire les mécanismes par lesquels s’établit la grandeur d’un « grand », jusqu’à n’être plus questionnable.

Table des matières

Préface

Introduction. Mauvais sujet ?

Chapitre 1. « Tocqueville », une fiction ?

Un « auteur », une « œuvre » ?

« Tocqueville », par qui ?

Tocqueville, quel libéral ?

Tocqueville, « en perpétuelle défense de la liberté » ?

Tocqueville, « savant » ou « amateur » ?

Chapitre 2. L’importation

« Tocqueville » « ancien modèle »

Les transports d’Aron

Homologies et importation

Importation et retraductions

Variation des positions et fluctuation des usages

La double accréditation

Chapitre 3. Une canonisation sans canon
Un laboratoire sans paradigme

Une création continuée

Différenciations et routinisation

« Tocqueville » dans les Annales

Un intellectuel total

Controverses et collusions

Un auteur « noble » version « grandes plumes »

Un classique.

Un « lieu-dit » différemment habité

Conclusion. La force de la foi

Bibliographie






Bernard Lacroix


-

Scalpel pour quoi faire ?



-

La politique au scalpel. Une nouvelle collection chez Syllepse



-

L’utopie communautaire (réédition)



-

1968, 1995 : question de point de vue



-

Les formes de l’activité politique. Eléments d’analyse sociologique, du XVIIIe siècle à nos jours



-

La « crise de la démocratie représentative en France ».



-

Perspectives pour une recherche



-

Nouveau manuel de science politique



-

D’aujourd’hui à hier et d’hier à aujourd’hui : le chercheur et son objet



-

Lacroix Bernard



-

Unité et diversités politiques françaises au lendemain des élections des 21 et 28 mars : essai de diagnostic sociologique



-

Terrains




Activités du Gap
Dans ce numéro
Groupe d’analyse politique



Lire la suite > > >

Savoirs et idéologies en politique, 2011-2012

Savoirs et idéologies en politique Genèse, circulation, transmission Séminaire du Groupe d’Analyse Politique Un Mercredi par Mois, de 14h30 à 16h30 Bâtiment F — Salle des Actes (141) Calendrier des Séances 16 novembre 2011 : « Comment peut-on être économiste (au XVIIIe siècle) ? Contribution à une généalogie de la croyance économique », par Arnault SKORNICKI (GAP, Paris Ouest Nanterre) 14 décembre 2011 : « Comment peut-on être européaniste (en Corée du Sud) ? Genèse (...)

Lire la suite > > >

Séminaire Savoirs et idéologies en politique 2010-2011

Savoirs et idéologies en politique Genèse, circulation, transmission Séminaire du Groupe d’Analyse Politique Paris Ouest Nanterre Responsables : Arnault SKORNICKI & Laurent BONELLI Calendrier des Séances 2010-2011 Le Mercredi,14h-16h — Bâtiment F – Salle des Actes (141) 17 novembre 2010 : « La mesure de l’assimilation pour la naturalisation. Technique administrative et savoir scientifique », par Abdellali Hajjat (Maître de conférence en science politique, (...)

Lire la suite > > >




Hervé Fayat

- Bien se tenir à la chambre

Laurent Bonelli

- Evolutions et régulations des illégalismes populaires en France depuis le début des années 1980

Nathalie Bayon

- Jeunesse et genèse d’un groupe politique : « le groupe gambettiste »

Bernard Lacroix

- La politique au scalpel. Une nouvelle collection chez Syllepse

Hervé Fayat

- Le métier parlementaire

Laurent Bonelli

- Un ennemi anonyme et sans visage

Bernard Lacroix

- Unité et diversités politiques françaises au lendemain des élections des 21 et 28 mars : essai de diagnostic sociologique



Scalpel Actualités Accueil

Groupe d'Analyse Politique

Université Paris X Nanterre
Bâtiment F - Bureau 509
200 avenue de la République
92000 Nanterre
Tél/Fax 01 40 97 77 05

Mail : webmaster AT gap-nanterre DOT org